Vous êtes ici : et-demain-en-classe.org > Section profs > Fiches de leçons

fiche n° 341 - Organiser l'utilisation de l'espace-classe

Eveil de sens
Découverte
Variations
Synthèse
Différenciation

Remarques

Objectifs

Matériel

Permettre aux enfants d'organiser l'espace classe c'est leur ouvrir une porte vers l'autonomie tant au niveau affectif que comportemental ou intellectuel.

durée de l'activité : une matinée

les meubles de la classe, les outils didactiques existants, des grandes feuilles pour faire des affiches, gros marqueurs de couleurs, ...

prendre des initiatives, émettre des hypothèses, utiliser sa pensée divergente et convergente, argumenter,

s'exprimer en phrases simples et claires, exprimer un discours incitatif

 Introduction

Permettre aux enfants de participer à l'organisation matérielle de la classe, c'est leur ouvrir en grand les portes de l'autonomie - prise d'initiatives, auto-discipline, . Au niveau affectif, l'enfant prendra plus d'initiatives s'il se sent chez lui. Au niveau comportemental, il acceptera plus facilement de respecter des règles construites par le groupe pour pouvoir profiter pleinement de l'organisation qu'il aura participé à mettre en place. Au niveau intellectuel et social aussi, l'organisation de la classe est une activité riche et fonctionnelle pour mettre en place des compétences transversales indispensables à l'apprentissage auto-socio-constructif : émettre des hypothèses, argumenter ses choix pour inciter les autres à choisir comme soi, mettre en activité sa pensée divergente quand les arguments ne sont pas convaincants, accepter ses erreurs, prendre des décisions en groupe, mettre en place sa pensée convergente pour finaliser le projet commun d'aménagement,....

Même si organiser l'espace-classe peut se faire à tout moment de l'année : quand on se rend compte que l'organisation en cours n'est plus appropriée aux besoins, quand les enfants demandent pour changer de place spontanément, quand on commence à bien maîtriser la différenciation des activités, ... dès le début de l'année...

l'activité présentée ci-dessous est construite pour être vécue dès le 1er septembre pour inviter les enfants à entrer dans la classe à gestion participative sans les mettre mal à l'aise par de longs discours qui resteraient trop éloignés de leurs attentes surtout ( voir aussi permettre aux enfants d'exprimer leurs attentes) et de leurs compétences en ce jour de rentrée des classes.

Activité

Différentes étapes de l'activité adoptant une stratégie socioconstructiviste

Pour introduire l'activité, deux positions sont proposées : soit, la méthode "vous n'avez pas le choix, entrez dans la classe à gestion participative" soit la méthode "je vous invite à participer, qu"en pensez-vous ?"

Méthode 1. : Pendant les vacances, l'enseignant fait un gros tas avec tous les meubles de la classe qu'il désire inviter les enfants à organiser, bancs et/ou armoires et/ou matériel didactique,.. Le jour de la rentrée, les enfants, pénétrant dans la classe, ne peuvent que se rendre compte qu'il faudra commencer par organiser l'espace. L'inconvénient : comme je l'ai signalé plus haut, les enfants n'ont pas le choix, il leur faut organiser, même s'ils n'en ont pas envie. Perte au niveau de la prise d'initiative et au niveau de la communication. Avantage : la liberté d'organiser est totale, richesse des propositions (difficiles parfois à gérer) mais très intéressantes au niveau des prises de décision dans un esprit démocratique. L'activité peut alors, en fonction des groupes (quand trop d'attentes personnelles contradictoires entrent en jeu) durer toute la journée.

Méthode 2 : Après une semaine d'apprivoisement pendant laquelle chacun apprend à connaître et reconnaître l'autre, à exprimer ses attentes et à écouter celles des autres...., l'enseignant propose que l'organisation de la classe soit revue par l'ensemble du groupe pour que chacun se sente en sécurité (besoin fondamental ) afin de mieux vivre ses apprentissages (but premier de l'école). L'oganisation se fera si le groupe-classe est d'accord. Si le groupe n'est pas prêt, l'enseignant peut reproposer l'activité un peu plus tard.

Quelle que soit la méthode choisie, l'activité commence par une expression libre de ce dont chacun a besoin pour se sentir bien, en sécurité dans la classe (satisfaction des besoins affectifs, de façon de fonctionner, de correspondre à une image, ...). Nous n'aborderons pas encore l'organisation de la classe au niveau matériel !!! Voici une liste (non exhaustive) de ce qui a déjà été exprimé dans ma classe :

  • besoin que chaque objet ait une place précise en fonction de son usage
  • besoin que des règles soient clairement définies afin de mieux pouvoir les faire respecter
  • besoin d'être en groupe, d'être seul, d'être avec "sa" copine ("son" copain"
  • besoin de pouvoir s'isoler à certains moments
  • besoin d'apporter une décoration de la maison pour se sentir chez soi
  • besoin de bien voir au tableau
  • besoin d' espace (avoir de la place pour circuler aisément)
  • besoin d'avoir un espace personnel
  • besoin d'ordre
  • besoin d'avoir du matériel didactique adéquat et facilement utilisable par chacun
  • ...

Ces attentes sont notées sur le tableau ou sur un grand panneau (afin de pouvoir les garder en mémoire affiché au mur).

1. la motivation à l'apprentissage par la conscientisation des représentations personnelles et attentes de chacun par rapport au savoir

L'enseignant invite alors chacun à imaginer seul l'organisation de la classe en respectant un maximum des besoins exprimés. Chaque enfant spontanément dessine ! Pendant cette période (qui peut durer jusqu'à un quart d'heure avant que les enfants ne commencent à avoir envie de partager avec son copain, son voisin..) l'enseignant passe près de chacun et regarde en silence ce que l'enfant représente. Les enfants qui ont envie de s'exprimer le font volontiers sans que l'adulte ne lui pose de question. Pour les autres, des questions risquent de les perturber, d'orienter leurs choix, de casser leur créativité, ... (apprenons donc à nous taire !)

Quand les enfants commencent à partager leur dessin, il est temps d'organiser une confrontation des propositions ! Chacun est invité à venir montrer et expliquer son dessin (même les plus timides - on peut les inciter à montrer leur dessin en mettant en exergue une qualité de celui-ci, si infime soit elle). L'enseignant veille à ce qu'aucune remarque ne soit formulée pendant l'exposé de chaque enfant. Quand l'enfant a achevé de montrer et d'expliquer, les autres sont alors invités à s'exprimer sur ce qu'ils ont vu et entendu par rapport aux besoins premiers qui ont été formulés et écrits en première partie de l'activité. L'adulte peut montrer l'exemple en exprimant :

  • "j'aime bien cette idée de...... parce qu'elle correpond au besoin de ....."

et en corrigeant éventuellement les enfants qui émettraient des critiques hors de propos ou trop virulentes :

  • "quand tu dis cela... tu veux exprimer que tu n'aimes pas cette idée de.... parce qu'elle ne correspond pas à ton besoin de ... ????"

L'enseignant se fait aussi le secrétaire du groupe en notant au tableau (inutile de garder une trace de la démarche) les différentes propositions - acceptées comme celles qui sont rejetées - par exemple en deux colonnes. Voici ce que ça pourrait être

Propositions acceptées
Propositions rejetées
  • mettre des étagères de travers pour faire des "coins
  • organiser les bancs en groupes de 4 ou 6 enfants
  • mettre le bureau du prof devant le tableau
  • apporter des décorations personnelles pour placer sur son banc, aux murs de la classe
  • avoir son banc
  • avoir son étagère
  • faire des affiches des règles d'utilisation du matériel
  • organiser les étagères en fonction du matériel
  • faire un coin bricolage
  • faire un coin expérimentation
  • faire un coin lecture,
  • mettre les étagères tout autour de la classe
  • mettre mon bureau devant le tableau
  • mettre le bureau du prof devant le tableau
  • mettre tous les bancs en rangées
  • organiser les bancs en groupes
  •  
  • décorer son banc
  • avoir son banc

Certaines propositions se retrouvent dans les deux colonnes parce qu'elles étaient acceptées et rejetées par la moitié des enfants. Les autres propositions étaient acceptées ou rejetées par la majorité des enfants.

Avec les enfants, on peut faire le relevé des propositions conflictuelles soit parce qu'elles sont semblables mais dans les deux colonnes, soit parce qu'elles sont opposées mais dans la même colonne. On les souligne en utilisant des couleurs pour mettre en évidence leur position conflictuelle.

2. l'apprentissage par la mise en place de savoir-être et savoir-faire et la confrontation des propositions

C'est le moment de proposer un débat : chaque enfant qui le désire, peut choisir une des propositions soulignées et argumenter sa position par rapport à cette proposition pour inciter les autres à se rallier à son point de vue. Suite à ce débat, le groupe est invité à prendre position par rapport à ces propositions conflictuelles. Voici ce que cela est devenu dans ma classe lors de l'activité présentée.

Propositions acceptées
Propositions rejetées
  • mettre des étagères de travers pour faire des "coins
  • organiser les bancs en groupes de 4 ou 6 enfants
  • apporter des décorations personnelles pour placer sur son banc, aux murs de la classe
  • avoir son étagère
  • faire des affiches des règles d'utilisation du matériel
  • organiser les étagères en fonction du matériel
  • faire un coin bricolage
  • faire un coin expérimentation
  • faire un coin lecture,
  • mettre mon bureau devant le tableau
  • mettre le bureau du prof devant le tableau
  • mettre tous les bancs en rangées
  • organiser les bancs en groupes
  •  
  • décorer son banc
  • avoir son banc
  • mettre les étagères tout autour de la classe

Les enfants sont alors invités, par groupes, à dresser un plan de la classe qui respecterait tous les choix décidés par la classe. La justesse mathématique du plan n'est ici pas prise en compte, cependant la plupart des enfants "sentent" que quelque chose n'est pas correct dans leur façon de dessiner les plans. (ceux-ci seront donc gardés pour aborder une activité spécifique sur le tracé à l'échelle qui prendra tout son sens)

A quelques divergences près (une étagère dans ce coin plutôt qu'un autre, un groupe de 6 ici plutôt qu'ailleurs,...) les plans ont beaucoup de points convergents. Lors d'une nouvelle confrontation, l'enseignant invite les enfants à retrouver tous ceux-ci et à obtenir ainsi un plan agréé par l'ensemble du groupe.

Et voilà, le groupe entier se mobilise pour organiser la classe comme "on l'a décidé ensemble". Chacun est invité à s'asseoir.

3. L'intégration des savoirs par l'expression

L'enseignant invite les enfants à reprendre point par point tous les éléments de la colonne "propositions acceptées" et d'évaluer son degré d'aboutissement. Chaque enfant peut librement s'exprimer s'il le désire.

L'enseignant propose de dresser une liste des activités à prévoir pour que tous les points soient finalisés, mais aussi d'autres qui ont été suscitées par l'activité - (voir prolongements possibles)

Enfin, l'enseignant demande à chacun, d'exprimer le ou les besoins (voir début de l'activité) satisfaits par l'activité vécue mais peut-être aussi la prise de conscience de difficultés relationnelles ou d'expression. Chaque enfant s'exprime sans qu'aucune remarque ne soit exprimée ! Chacun est libre de ses ressentis et personne n'a le droit d'émettre de jugement sur ceux-ci. Le fait que chacun se sente respecté sur ce point permettra à la classe de vivre dans un climat de grand tolérance propice (et oui!!!) à un meilleur climat d'apprentissage scolaire !

4. L'évaluation de l'activité

 Des prolongements possibles - tracer un plan à l'échelle - rédiger des affiches avec les règles de vie en usage dans chaque "coin" de la classe" - Décorer des affichettes à son nom pour le casier - apporter des décorations ou même faire des décorations pour la classe - choisir un nom pour la classe et une masquotte (objet ou animal nous représentant) - organiser les coins expérimentation, lecture et bricolage - faire une évaluation du bien-être de chacun après quelques temps -

- mise à jour le1 janvier 2005 -
- Toutes les pages de ce site sont reproductibles avec mention des références - Merci - Michèle Visart