Vous êtes ici : et-demain-en-classe.org > Section profs > Fiches de leçons >

fiche n° 3.1.3. Dresser un plan de travail pour comprendre les différentes facettes d'un problème d'actualité

Eveil de sens
Découverte
Variations
Synthèse
Différenciation

Remarques

Compétences

Matériel

Il peut paraître révoltant d'"utiliser" l'actualité dramatique pour aborder de manière "opportune" différentes matières du programme !!!

Relationnelles - S'affirmer de manière positive Mentales - classer

grandes feuilles (papier peint)

Langue maternelle - formuler correctement une question - avoir le souci d'écire avec une bonne orthographe 

Introduction

Il arrive, de plus en plus souvent, que les enfants vivent à travers les médias des drames humains dont ils ne savent pas parler, dont ils ne comprennent pas les causes, qu'ils n'arrivent pas à appréhender dans leur globalité, à long terme, et surtout dans lesquels ils ne peuvent s'impliquer personnellement et alors être eux-même "traumatisés" par des faits qui, finalement, ne les touchaient pas personnellement - comme ce fut le cas lors des événements très médiatisés du 11 septembre ou celui actuel du tsunami en Asie. Je pense qu'il est de notre devoir d'éducateur d'une part de donner une large place à la parole d'enfants (sentiments, questionnements, prises de position, révoltes, ...) mais d'autre part de permettre aux enfants d'avoir accès à une information la plus objective et la plus complète possible afin qu'ils puissent gérer leur réactivité émotionnelle, prendre des initiatives et évaluer d'une manière critique celles-ci. C'est-à-dire "utiliser" l'actualité pour ouvrir les portes d'une citoyenneté responsable.

Activité

Avant l'activité elle-même, puisque nous rentrons de vacances et que durant ces quinze jours, les enfants ont été confrontés à une masse d'informations souvent dramatique sur les événement en Asie, je veille à être disponible aux enfants qui le désirent avant d'entrer en classe. Sur la cour de récréation, ils viennent me dire bonjour, me racontent leurs vacances, me racontent de manière informelle ce qui les a touchés à propos des événements,.... Pas tous les enfants, évidemment. Certains préfèrent discuter avec leurs copains mais d'autres restent dans leur coin. c'est donc à moi d'aller vers eux et de leur demander des nouvelles en respectant tout ce qu'ils ont à me dire.

Démarches mises en oeuvre

Différentes étapes de l'activité adoptant une stratégie socioconstructiviste

1. Dès que tout le monde est installé, je leur annonce que nous allons aborder le sujet du tsunami en Asie parce que beaucoup m'en ont parlé sur la cour, parce que cette année notre thème est "l'eau", parce que l'événement a été fort médiatisé sans toujours penser aux questions que les enfants se posent....

Je les invite à écrire un mot, une expression, un dessin de ce qu'ils ressentent, des images les plus effrayantes, des explications qu'ils ont comprises, à poser leurs questions,.... enfin bref tout ce qu'ils ont envie de dire à propos du sujet ,SEULS, dans notre cahier d'acitivtés collectives. Pourquoi individuellement ? Parce qu'ainsi les enfants les moins rapides à réagir ont aussi l'occasion de se dire et que passant discrètement lire ce que chacun écrit, je pourrai inviter les plus timides à prendre la parole au moment où on abordera un sujet qui les touche.

Puis, je les invite à s'exprimer librement en petits groupes en classant ce qu'ils ont envie de raconter en trois catégories :

  • j'ai envie de dire - je réagis
  • j'ai envie de comprendre - je me demande
  • je crois savoir - je sais

J'ai disposé dans trois coins de la classe, de grandes affiches , où ils peuvent écrire ce qu'ils ont envie de partager. Pendant qu'ils écrivent, je me mets à la disposition de ceux qui ont envie de me raconter sans avoir envie d'écrire.

Quand tous les enfants ont fini d'écrire, j'affiche les panneaux au tableau et je lis, de manière neutre, les différentes phrases. Ainsi chacun peut prendre conscience des représentations et des attentes de chacun des autres de la classe.

1. la motivation à l'apprentissage par la conscientisation des représentations personnelles et attentes de chacun par rapport au savoir

2. Ensuite nous établisssons une mise en commun. Ce que certains ont envie d'ajouter, ce à quoi certains ont envie de réagir, ce que certains ont envie de contredire..... et je note, dans une autre couleur, ces réactions sur les panneaux en face des propositions complétées.

 

exemples (en bleu les questions que j'avais prévues qu'ils poseraient, en rouge toutes celles qu'ils ont ajoutées)

  • Dans les journaux, trouver les populations touchées
  • Comparer le nombre de victimes en fonction des pays d'origine
  • Dans le dictionnaire, sur internet, trouver ce que c'est qu'un tsunami
  • Sur une carte muette, situer les zones touchées
  • Etablir un horaire de la catastrophe
  • Quelle heure était-il chez eux ? et chez nous ?
  • Peut-on prévenir à temps les populations à risque ?
  • Comment se peut-il qu'une vague fasse autant de dégâts ?
  • Est-ce que c'est grand 15 mètres ?
  • Pourquoi y a-t-il eu un tsunami dans cette région ?
  • Pourquoi y a-t-il des volcans dans l'eau ?
  • Quels sont les dégâts ?
  • Qu'est-ce qui va arriver aux populations maintenant ?
  • Que pouvons-nous faire pour aider ? (ensemble)
  • Comment vont-ils reconstruire leurs abris ? (ensemble)
  • Comment se forme un tsunami ?
  • Est-ce qu'on va retrouver tous les disparus ?
  • Comment les bateaux se sont-ils fait aspirer dans l'eau ?
  • Combien de journalistes y avait-il sur place ?
  • Comment se forme un raz de marée ?
  • Qu'est-ce que c'est que les plaques techtoniques ?
  • Pourquoi cela se passe-t-il en Asie et pas ici ?
  • Pourquoi la croûte terrestre a-t-elle glissé ?
  • Si les plaques se rapprochent d'un côté que se passe-t-il de l'autre côté ?
  • Comment peut-on prévoir ce genre de cataclysme ?
  • Pourquoi les gens là-bas ne peuvent-ils pas boire l'eau de la nappe phréatique ?
  • Pourquoi n'ont-ils pas prévenu la population ?
  • Est-ce qu'on voit le tsunami de l'espace ?
  • Si on voit le tsunami , est-ce qu'on a le temps de réagir ?

2. l'apprentissage par la mise en place de savoir-être

3. Certains enfants réagissent à des redondances et proposent que l'on classe les activités. Je relance donc le problème à la classe et leur propose de se mettre en groupe pour proposer un classement.

Chaque groupe propose son classement activité par activité. Quand quelqu'un n'est pas d'accord, il doit argumenter sa position. Ensuite, celui qui proposait le classement argumente à son tour son choix . Spontanément d'autres enfants entrent dans le débat. Quand tous les arguments sont lancés, nous décidons ensemble de ce qu'il faut faire de la proposition. Nous élaborons ainsi une liste de sujet d'activités à réaliser.

Quand le classement est achevé, nous donnons un titre à chaque partie .

Les victimes - nombre et pays d'origine

  • Dans les journaux, trouver les populations touchées
  • Comparer le nombre de victimes en fonction des pays d'origine
  • Sur une carte muette, situer les zones touchées
  • Est-ce qu'on va retrouver tous les disparus ?
  • Je sais qu'il y a 150 mille - millions de morts

Les dégâts

  • Quels sont les dégâts ?

Le tsunami - origine et formation

  • Qu'est-ce que c'est qu'un tsunami ?
  • Comment se forme un raz de marée ?
  • Comment se forme un tsunami ?
  • Est-ce que c'est grand 15 mètres ?
  • Pourquoi y a-t-il eu un tsunami dans cette région ?
  • + Je sais qu'il s'est passé quelque chose de grave dans l'eau

L'origne et les causes du séïsme

  • Qu'est-ce que c'est que les plaques techtoniques ?
  • Pourquoi cela se passe-t-il en Asie et pas ici ?
  • Pourquoi la croûte terrestre a-t-elle glissé ?
  • Si les plaques se rapprochent d'un côté que se passe-t-il de l'autre côté ?
  • Pourquoi y a-t-il des volcans dans l'eau ?

La rapidité du tsunami

  • Etablir un horaire de la catastrophe
  • Quelle heure était-il chez eux ? et chez nous ?
  • Peut-on prévenir à temps les populations à risque ?
  • Est-ce vrai qu'un tsunami voyage à la vitesse de 800 km:h ?
  • Si on voit le tsunami , est-ce qu'on a le temps de réagir ?

La puissance de l'eau

  • Comment se peut-il qu'une vague fasse autant de dégâts ?
  • Comment les bateaux se sont-ils fait aspirer dans l'eau ?

La potabilité de l'eau

  • Pourquoi les gens là-bas ne peuvent-ils pas boire l'eau de la nappe phréatique ?
  • + Je sais que les morts ont pollué l'eau

Quel est l'avenir de ces populations ?

  • Qu'est-ce qui va arriver aux populations maintenant ?
  • Que pouvons-nous faire pour aider ?
  • Comment vont-ils reconstruire leurs abris ?
  • + Je sais que l'on peut récolter de l'argent
  • + Je sais que beaucoup de pays envoient des colis

Les témoins du cataclysme

  • Combien de journalistes y avait-il sur place ?

Eviter une prochaine catastrophe

  • Comment peut-on prévoir ce genre de cataclysme ?
  • Pourquoi n'ont-ils pas prévenu la population ?
  • Est-ce qu'on voit le tsunami de l'espace ?
  • Pourquoi n'utilisent-ils pas l'appareil à détecter le tsunami inventé par un chinois ?

3. L'intégration des savoirs par l'expression

En reprenant chacune des questions, affirmation, réaction.... posées en début d'activité, j'invite les enfants à vérifier si, par le biais des activités proposées nous répondrons à toutes nos interrogations.

4. L'évaluation de l'activité

Prolongements possibles - adapter sa lecture à ses besoins (lecture sélective des journaux) - dresser un graphique des victimes par pays - retraduire une information donnée en langage adapté à la compréhension de tous (à l'école) - situer une région sur une carte muette en se référant à l'atlas - à partir d'un graphique en courbe, établir un horaire de l'impact du tsunami sur les différentes zones touchées - les fuseaux horaires - écrire pour demander des informations à l'institut de sismologie - le pouvoir de l'eau (bénéfique, maléfique) - les plaques tectoniques - les tremblements de terre - les volcans - le tsunami - traduire en mots les dégâts vus en image - rencontrer un délégué d'un organisme impliqué dans l'aide aux populations - rédiger un article - trouver ou réaliser une illustration appropriée et rédiger sa légende - imaginer un titre accrocheur

- mise à jour le 7 janvier 2005 -
- Toutes les pages de ce site sont reproductibles avec mention des références - Merci - Michèle Visart